Accueil Branches de géologie Géologie de l'ingénieur Stabilité des pentes et glissements de terrain

Stabilité des pentes et glissements de terrain

La stabilité des pentes fait référence à la capacité d'une pente ou d'un versant à résister au mouvement vers le bas ou à l'effondrement du sol et des matériaux rocheux. Glissements de terrain sont une forme courante de rupture de pente, qui peut entraîner des dommages importants aux biens et aux infrastructures, des pertes de vie et des impacts environnementaux. La stabilité des pentes et les glissements de terrain sont des considérations importantes dans géologie de l'ingénieur et génie géotechnique, en particulier dans la planification, la conception et la construction de projets d'infrastructure tels que des routes, des ponts et des bâtiments.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à l'instabilité des pentes et aux glissements de terrain, notamment le type de matériaux géologiques présents, l'inclinaison et l'orientation de la pente, la présence d'eau souterraine et les effets de l'érosion naturelle et anthropique. Certaines causes courantes d'instabilité des pentes comprennent tremblements de terre, de fortes pluies ou de la fonte des neiges, des changements dans la teneur en humidité du sol et le retrait d'un support à la base d'une pente en raison d'activités d'excavation ou de construction.

Afin d'évaluer le potentiel d'instabilité des pentes et de glissements de terrain, les géologues et les ingénieurs utilisent une variété de techniques, y compris la cartographie et l'observation sur le terrain, les levés géophysiques, le forage et l'échantillonnage, et les tests in situ tels que le test de pénétration standard (SPT) et le test de cône. Test de pénétration (CPT). La modélisation et la simulation informatiques peuvent également être utilisées pour prédire le comportement des pentes et les mécanismes de rupture potentiels dans différentes conditions.

Certaines méthodes courantes pour atténuer le risque d'instabilité des pentes et de glissements de terrain comprennent l'amélioration du drainage et de la couverture végétale, la construction de murs de soutènement ou de structures de stabilisation et la modification de la géométrie de la pente par le nivellement ou l'excavation. Dans certains cas, il peut être nécessaire de déplacer les infrastructures ou les zones résidentielles loin des zones à haut risque.

Dans l'ensemble, l'étude de la stabilité des pentes et des glissements de terrain est un aspect important de l'ingénierie géotechnique et peut aider à assurer la sécurité et la durabilité des projets d'infrastructure et des communautés humaines dans les zones sujettes aux risques naturels.

Causes de rupture de pente

Une rupture de pente peut se produire en raison de divers facteurs naturels et induits par l'homme. Certaines des causes courantes de rupture de pente sont :

  1. Géologie et propriétés du sol : Le type et les propriétés du sol et de la roche sous-jacents à la pente peuvent contribuer à l'instabilité. Par exemple, les pentes avec des roches faibles ou altérées, des sols argileux ou des sols à forte teneur en eau sont plus susceptibles de se rompre.
  2. Conditions hydrologiques : L'eau est un facteur important d'instabilité des pentes et sa présence peut contribuer à la rupture des pentes. Des précipitations excessives, des inondations ou des changements dans le niveau des eaux souterraines peuvent provoquer des glissements de terrain et des ruptures de pente.
  3. Géométrie de la pente : L'angle de la pente et sa hauteur peuvent contribuer à l'instabilité. Plus la pente est raide, plus le potentiel d'échec est grand.
  4. Activité sismique : Les tremblements de terre et autres activités sismiques peuvent déclencher des glissements de terrain en modifiant la stabilité des pentes.
  5. Activités humaines : Les activités humaines telles que l'excavation, la construction, l'exploitation minière ou l'exploitation forestière peuvent altérer la stabilité des pentes et conduire à l'instabilité et à l'échec.
  6. Végétation : L'enlèvement de la végétation peut causer de l'instabilité et contribuer à la rupture des pentes en réduisant la cohésion du sol et en augmentant le débit d'eau.
  7. Changement climatique : les phénomènes induits par le changement climatique, tels que les fortes pluies, les sécheresses et les changements de température, peuvent contribuer à la rupture des pentes.
  8. Autres facteurs : D'autres facteurs pouvant contribuer à la rupture d'une pente comprennent l'érosion, les cycles de gel-dégel et le mouvement naturel de la pente au fil du temps.

Types de glissements de terrain

Il existe plusieurs types de glissements de terrain, qui sont classés en fonction du type de matériau impliqué et de la façon dont ils se déplacent. Certains des types courants de glissements de terrain sont :

  1. Chute de pierres : Cela se produit lorsque roches ou des rochers se détachent d'une pente raide et tombent au sol.
  2. Éboulement : Cela se produit lorsqu'un gros bloc de roche glisse vers le bas le long d'un plan de faiblesse, tel qu'un faute ou articulaire.
  3. Flux de débris : Cela se produit lorsqu'un grand volume de sol, de roche et d'eau s'écoule vers le bas, généralement dans un canal.
  4. Coulée de boue : Ceci est similaire à la coulée de débris, mais le matériau est principalement constitué de sol et d'eau à grain fin.
  5. Écoulement de terre : cela se produit lorsque le sol saturé descend la pente dans un écoulement lent et visqueux.
  6. Fluage : Il s'agit d'un mouvement lent et continu du sol ou de la roche vers le bas, généralement causé par l'expansion et la contraction du matériau en raison des changements saisonniers de température et d'humidité.
  7. Affaissement : Cela se produit lorsqu'une masse de sol ou de roche descend le long d'une surface courbe, laissant une cicatrice en forme de croissant sur la pente.
  8. Glissement de terrain complexe : Il s'agit d'une combinaison de deux ou plusieurs types de glissements de terrain, comme un glissement de terrain qui déclenche une coulée de débris.

Techniques d'analyse de la stabilité des pentes

Il existe plusieurs techniques utilisées pour l'analyse de la stabilité des pentes, notamment :

  1. Analyse d'équilibre limite : Cette méthode suppose que la pente échoue le long d'un plan de rupture et que le facteur de sécurité est le rapport des forces résistantes aux forces motrices le long de ce plan. Différentes méthodes peuvent être utilisées pour ce type d'analyse, telles que la méthode de Bishop, la méthode de Janbu et la méthode de Spencer.
  2. Analyse par éléments finis : Cette méthode consiste à diviser la pente en un grand nombre de petits éléments et à analyser le comportement de chaque élément. Cela permet de prendre en compte des géométries, des comportements du sol et des conditions de charge plus complexes.
  3. Analyse de réduction de la résistance au cisaillement : cette méthode est utilisée pour évaluer la stabilité d'une pente sous différentes conditions de chargement. La résistance au cisaillement du sol est réduite progressivement jusqu'à ce que la pente échoue, et le facteur de sécurité est calculé.
  4. Analyse probabiliste : Cette méthode implique l'utilisation de modèles statistiques pour évaluer la probabilité de rupture de pente en fonction de la variabilité des paramètres d'entrée, tels que les propriétés du sol et les conditions de chargement.
  5. Méthodes empiriques : Ces méthodes sont basées sur l'expérience et l'observation et sont souvent utilisées pour une analyse préliminaire. Les exemples incluent la méthode du nombre de stabilité et la méthode du cercle suédois.

Chacune de ces techniques a ses avantages et ses limites et convient à différents types de pentes et de conditions de sol. Le choix de la technique appropriée dépend de facteurs tels que la nature de la pente, les données disponibles et le niveau de précision requis.

Analyse d'équilibre limite

L'analyse d'équilibre limite est une technique couramment utilisée pour évaluer la stabilité des pentes. Il est basé sur le principe d'équilibre, qui stipule qu'une pente stable est une pente dans laquelle les forces agissant sur la pente sont en équilibre. L'analyse consiste à diviser la pente en plusieurs sections et à considérer la stabilité de chaque section séparément.

Dans l'analyse d'équilibre limite, le facteur de sécurité (FS) est utilisé comme mesure de la stabilité d'une pente. Le coefficient de sécurité est le rapport des forces résistantes aux forces motrices agissant sur la pente. Si le coefficient de sécurité est supérieur à un, la pente est considérée comme stable ; s'il est inférieur à un, la pente est considérée comme instable.

Il existe différentes méthodes d'analyse d'équilibre limite, notamment:

  1. Méthode de Bishop : Il s'agit d'une méthode largement utilisée pour analyser les pentes. Il suppose que la résistance au cisaillement du sol augmente linéairement avec la profondeur et que les forces agissant sur la pente peuvent être résolues en deux directions perpendiculaires.
  2. Méthode de Janbu : Cette méthode est similaire à la méthode de Bishop, mais elle considère la possibilité de surfaces de rupture circulaires.
  3. Méthode de Spencer : Cette méthode est utilisée pour analyser des pentes complexes avec des géométries irrégulières. Il considère la répartition des forces le long de la pente et utilise une approche graphique pour déterminer le facteur de sécurité.
  4. Méthode de Morgenstern-Price : Cette méthode est basée sur l'hypothèse que la résistance au cisaillement du sol varie le long de la surface de rupture et utilise des techniques numériques pour calculer le facteur de sécurité.

L'analyse d'équilibre limite est une technique largement utilisée pour évaluer la stabilité des pentes, mais elle présente certaines limites. Il suppose que les propriétés du sol sont homogènes et isotropes, ce qui peut ne pas être le cas dans certaines situations. Il ne prend pas non plus en compte les effets de la pression interstitielle, qui peuvent affecter de manière significative la stabilité des pentes. Ainsi, d'autres techniques d'analyse telles que l'analyse par éléments finis (FEA) ou la méthode des différences finies (FDM) peuvent être utilisées pour compléter les résultats obtenus à partir de l'analyse d'équilibre limite.

La méthode de Bishop

La méthode de Bishop est une technique d'analyse de la stabilité des pentes utilisée pour déterminer le facteur de sécurité (FoS) des pentes dans diverses conditions de chargement. La méthode a été développée par WW Bishop dans les années 1950 et est largement utilisée dans la pratique de l'ingénierie géotechnique.

La méthode de Bishop suppose que la surface de rupture dans une pente est circulaire ou partiellement circulaire. L'analyse consiste à diviser la pente en un certain nombre de tranches, dont chacune est supposée être un bloc rigide. Les forces agissant sur chaque tranche sont ensuite résolues en leurs composantes verticale et horizontale, et la stabilité de chaque tranche est analysée à l'aide d'une équation d'équilibre des forces. Le coefficient de sécurité pour la pente est défini comme le rapport de la force de résistance totale disponible à la force motrice totale.

La méthode de Bishop prend en compte la résistance au cisaillement du sol, le poids du sol et la pression de l'eau interstitielle dans le sol. L'analyse peut être effectuée en utilisant soit la méthode des contraintes totales, soit la méthode des contraintes effectives, selon les conditions de la pente et les propriétés du sol. La méthode est largement utilisée dans la pratique en raison de sa simplicité et de sa facilité d'utilisation, bien qu'elle présente certaines limites et hypothèses qui doivent être prises en compte lors de son application à des problèmes de stabilité de pente réels.

La méthode de Janbu

La méthode de Janbu est une méthode d'analyse de la stabilité des pentes couramment utilisée en géotechnique. C'est une méthode d'équilibre limite qui utilise des surfaces de rupture circulaires pour analyser la stabilité des pentes. La méthode suppose que la résistance au cisaillement du sol est régie par le critère de rupture de Mohr-Coulomb.

La méthode de Janbu divise la pente en un certain nombre de tranches verticales et les forces agissant sur chaque tranche sont analysées en utilisant les principes de la statique. La méthode prend en compte la variation des propriétés du sol avec la profondeur et l'effet de la pression interstitielle sur la stabilité de la pente.

L'analyse implique le calcul du facteur de sécurité, qui est le rapport des forces résistantes aux forces motrices. Un facteur de sécurité supérieur à 1 indique une pente stable, tandis qu'un facteur de sécurité inférieur à 1 indique une pente instable.

La méthode de Janbu est largement utilisée car elle est relativement simple et peut être appliquée à un large éventail de géométries de pente et de conditions de sol. Cependant, il présente certaines limites, telles que l'hypothèse de surfaces de rupture circulaires et la négligence des effets de l'adoucissement et de l'écrouissage sur la résistance au cisaillement du sol.

La méthode de Spencer

La méthode de Spencer est un type d'analyse d'équilibre limite utilisée pour déterminer la stabilité des pentes. Il porte le nom de son créateur, Edmund H. Spencer. La méthode utilise le concept de "coins" pour évaluer les forces agissant sur une pente et déterminer sa stabilité.

Dans la méthode de Spencer, la pente est divisée en une série de coins de rupture potentiels, dont chacun est évalué pour la stabilité. La méthode prend en compte à la fois le poids du coin et les forces agissant sur celui-ci, telles que le poids du sol au-dessus du coin, la pression interstitielle dans le sol et toutes les forces externes agissant sur la pente. La stabilité de chaque coin est déterminée à l'aide d'une série d'équations qui tiennent compte des forces agissant sur le coin, ainsi que de la résistance au cisaillement du sol.

La méthode de Spencer est particulièrement utile pour analyser des pentes complexes, où il peut y avoir plusieurs surfaces de rupture. Il peut également être utilisé pour évaluer la stabilité des pentes avec une géométrie irrégulière ou des propriétés de sol variables. Cependant, comme d'autres méthodes d'équilibre limite, elle présente certaines limites, telles que l'hypothèse d'une surface de rupture bidimensionnelle et l'hypothèse que les propriétés du sol sont constantes le long de la surface de rupture.

Méthode de Morgenstern-Price

La méthode Morgenstern-Price est une méthode d'analyse de la stabilité des pentes qui prend en compte la pression interstitielle générée dans la pente en raison de l'infiltration d'eau. Cette méthode a été développée dans les années 1960 par les ingénieurs géotechniciens canadiens Zdeněk Morgenstern et William Allen Price.

La méthode est basée sur l'hypothèse qu'une pente peut être divisée en une série de tranches, chaque tranche ayant un facteur de sécurité différent contre la défaillance. La méthode consiste à calculer les contraintes effectives dans chaque tranche, qui sont les contraintes agissant sur les particules de sol après soustraction de la pression interstitielle de la contrainte totale. Le facteur de sécurité contre la rupture pour chaque tranche est ensuite calculé en comparant la résistance au cisaillement du sol à la contrainte de cisaillement agissant sur la tranche.

La méthode Morgenstern-Price peut être utilisée pour analyser des pentes de toute forme, y compris des pentes avec des géométries complexes et des profils de sol. Il est largement utilisé dans la pratique et a été intégré à de nombreux progiciels d'analyse de la stabilité des pentes. Cependant, la méthode présente certaines limites, notamment le fait qu'elle suppose que les propriétés du sol et la pression de l'eau interstitielle sont constantes sur toute la pente, ce qui n'est pas toujours le cas en pratique.

Analyse des éléments finis

L'analyse par éléments finis (FEA) est une méthode de calcul utilisée pour analyser et prédire le comportement de systèmes d'ingénierie complexes. Cela implique de décomposer un système en parties plus petites et plus simples, appelées éléments finis, puis d'appliquer des équations mathématiques et des méthodes numériques pour modéliser le comportement de chaque élément. Les équations sont résolues simultanément pour tous les éléments afin d'obtenir une solution pour l'ensemble du système.

En géotechnique, la FEA est souvent utilisée pour modéliser le comportement des sols et des masses rocheuses, en particulier dans des conditions géologiques complexes. La FEA peut être utilisée pour analyser la stabilité des pentes, le comportement des fondations, les problèmes de tunnel et d'excavation, entre autres applications.

La FEA nécessite une compréhension détaillée de la géométrie, des conditions aux limites, des propriétés des matériaux et des conditions de chargement du système analysé. La précision des résultats dépend de la précision des paramètres d'entrée et de la complexité du modèle. La FEA est un outil puissant, mais elle nécessite également des ressources informatiques importantes et des logiciels spécialisés, ainsi qu'une expertise en méthodes numériques et en programmation informatique.

Analyse de réduction de la résistance au cisaillement

L'analyse de réduction de la résistance au cisaillement (SSRA) est une méthode numérique utilisée pour évaluer la stabilité des talus et des remblais. Elle est également connue sous le nom de méthode de réduction de la stabilité, méthode de réduction de la résistance au cisaillement ou méthode c.

Dans SSRA, le facteur de sécurité (FoS) d'une pente est calculé en réduisant successivement la résistance au cisaillement du sol jusqu'à ce qu'une rupture se produise. La méthode est basée sur l'hypothèse que la rupture d'une pente se produit lorsque la contrainte de cisaillement maximale en tout point de la pente atteint la résistance au cisaillement du sol.

La méthode SSRA est particulièrement utile lorsque les propriétés du sol et/ou la géométrie de la pente sont complexes, ce qui rend difficile l'utilisation de méthodes traditionnelles telles que l'analyse d'équilibre limite. Cependant, SSRA est une méthode de calcul intensif, nécessitant l'utilisation de logiciels avancés et d'ordinateurs puissants pour exécuter les simulations nécessaires.

SSRA a été largement utilisé en ingénierie géotechnique pour analyser la stabilité des pentes dans une gamme d'applications, y compris l'exploitation minière à ciel ouvert, les barrages et les autoroutes. Il a également été utilisé pour étudier les effets de facteurs environnementaux tels que les précipitations, les tremblements de terre et le changement climatique sur la stabilité des pentes.

Analyse probabiliste

L'analyse probabiliste est une technique utilisée dans l'analyse de la stabilité des pentes pour évaluer la probabilité d'apparition d'une rupture de pente. Il s'agit d'attribuer des probabilités à différents facteurs pouvant influer sur la stabilité de la pente, tels que la résistance du sol, la géométrie de la pente, ainsi que l'intensité et la durée du chargement.

Dans l'analyse probabiliste, une plage de valeurs est attribuée à chaque facteur, plutôt qu'une seule valeur déterministe. Cela permet une évaluation plus réaliste de la stabilité de la pente, car elle prend en compte la variabilité et l'incertitude inhérentes présentes dans les conditions réelles.

La simulation de Monte Carlo est une technique couramment utilisée dans l'analyse probabiliste. Cela implique l'exécution d'un grand nombre de simulations, chacune avec un ensemble différent de valeurs d'entrée sélectionnées au hasard parmi les distributions de probabilité attribuées. Les résultats des simulations peuvent ensuite être utilisés pour calculer la probabilité de rupture de pente et pour identifier les facteurs les plus critiques influençant la stabilité de la pente.

Méthodes empiriques

Les méthodes empiriques sont des techniques d'analyse de la stabilité des pentes basées sur le comportement observé des pentes dans le passé. Ils ne nécessitent aucun modèle mathématique, mais reposent plutôt sur des relations empiriques dérivées d'histoires de cas de ruptures de pente. Ces méthodes sont utiles dans les situations où les données disponibles sont limitées ou lorsque les conditions géotechniques sont complexes et difficiles à modéliser.

Un exemple de méthode empirique est la méthode du «nombre de stabilité», qui est utilisée pour analyser les pentes avec des surfaces de rupture planes. L'indice de stabilité est calculé en fonction de l'angle de pente, du poids unitaire du sol, de la cohésion et de l'angle de frottement du sol. La méthode est basée sur l'observation que les pentes avec un indice de stabilité supérieur à 1.0 sont généralement considérées comme stables, tandis que les pentes avec un indice de stabilité inférieur à 1.0 sont considérées comme instables.

Un autre exemple est la « méthode suédoise », qui est une méthode semi-empirique couramment utilisée en Scandinavie. Cette méthode consiste à analyser la distribution de la pression interstitielle dans la pente, puis à la comparer à la résistance au cisaillement du sol. Si la pression interstitielle dépasse la résistance au cisaillement, la pente est considérée comme instable.

Les méthodes empiriques sont souvent utilisées en conjonction avec d'autres techniques d'analyse pour fournir des informations supplémentaires sur la stabilité d'une pente. Ils sont le plus souvent utilisés dans des situations où les conditions géotechniques sont complexes et difficiles à modéliser, ou lorsque les données disponibles sont limitées.